24/02/2018

Ghana: Nana Akufo Addo, sa Vision du Fonds Monétaire International (FMI)


ghana-nana-akufo-addo-vision-fmi
Nana Akufo Addo, Président du Ghana

Nana Akufo Addo, président du Ghana, considère que tout fonds monétaire international (FMI)
devrait avoir pour objectif principal, la création d’emploi pour les jeunes chômeurs et la
transformation structurelle de l’économie. Une vision qu'il a partagé bien avant son arrivée au pouvoir.

En effet, en 2014, le Ghana traversait de graves problèmes économiques tels que, des déficits budgétaires importants, la dépréciation inattendu de la monnaie Ghanéenne à un rythme trop rapide, la hausse des prix des denrées alimentaires et du carburant, ansi que la hausse des tarifs des services publics. 

Pour donc assainir la situation économique du pays, John Dramani Mahama alors président du Ghana, dû solliciter l’intervention du FMI. Face à cette décision, Nana Akufo Addo, candidat de l’opposition à l’époque, suggéra que les négociateurs du Ghana focalisent leurs efforts de négociation sur les programmes du FMI qui permettent uniquement la protection et la création d’emploi et qui facilitent aussi la transformation structurelle de l’économie: 

«Nous ne pouvons pas continuer à produire des matières premières au détriment de la transformation structurelle de notre économie », avait-il ajouté, en précisant que le sort du Ghana dépendait de ses négociateurs et de leurs capacités à défendre leur propositions face au FMI. 

Il avait aussi conseillé, qu’une fois l’aide accordée par le FMI, John Dramani Mahama et son équipe devraient veiller à une stricte discipline budgétaire et être plus responsable dans la gestion de l’économie du pays. 

Nana Akufo Addo a ensuite conclu son intervention en ces termes: "En effet, revenir au FMI après que le Ghana se soit sevré sous la présidence de John A. Kufuor en 2006 est une manifestation claire que la gestion de l'économie de ce gouvernement a été un échec spectaculaire. En raison de l'échec du gouvernement, les Ghanéens en difficulté qui travaillent si dur pour joindre les deux bouts seront une fois de plus invités à payer pour la mauvaise gestion de l'économie, ainsi que les difficultés qui en découlent".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Nous adorons vos commentaires. S'il vous plaît, pas de propos injurieux, pas de liens, pas de spam. Une fois soumis, votre commentaire mettra un peu de temps à apparaître. Merci.